volksburgautogefuhl

forum du club et des passionés du groupe VAG
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'histoir de l'Audi Quattro en Rallyes

Aller en bas 
AuteurMessage
easyriders
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 337
Age : 46
Localisation : Belgique
Emploi/loisirs : Automobile
Date d'inscription : 10/07/2008

MessageSujet: L'histoir de l'Audi Quattro en Rallyes   Mer 16 Juil - 16:19









1984

Il est difficile de débuter une saison sportive plus brillamment que ne le fit Audi en 1984. Au Rallye Monte-Carlo 3 Audi ont remporté chacune leur catégorie, en groupe N, en groupe A et en groupe B. Et aussi incroyable que cela puisse paraître, l'Audi quattro n'avait jamais remporté l'épreuve Reine du championnat du Monde des rallyes. Voilà un "oubli" réparé, et de belle manière.
En groupe N, c'est l'équipage Pierre BOS et JC. LEUVREY qui l'emporte avec une Audi 80 quattro de 136 chevaux, comme les voitures de série !
En groupe A, c'est la 80 quattro de Bernard DARNICHE, navigué par A. MAHE, qui empoche le trophée tant convoité. Cette voiture de 194 chevaux pour 1220 kilos est arrivée en tête à Monaco après une semaine de lutte, juste devant une autre Audi 80 quattro, celle de Guy CHASSEUIL.
Le groupe B, la catégorie reine, a été emportée par Walter RÖHRL et Christian GEISTDÖRFER avec la maintenant connue Audi quattro A2. C'est une première pour la voiture, mais l'équipage vainqueur grave son nom pour la quatrième fois au palmarès de l'épreuve. La quattro ne pèse plus que 1050 kilos pour une puissance qui s'établit aux environs de 360 chevaux.
La grande force de ces 3 voitures est leur transmission intégrale, qui, il faut bien l'avouer, a fait des miracles tout le long de cette semaine entièrement enneigée. Après une telle démonstration, les derniers sceptiques des quatre roues motrices ont été définitivement convaincus de l'efficacité du système.
Pour achever le triomphe allemand et illustrer encore plus leur outrageuse domination, il faut signaler que les 3 premières places du groupe B ont été trustées par les quattros de Walter RÖHRL, Stig BLOMQVIST et Hannu MIKKOLA. Après un tel étalage de gloire, on ne sait plus s'il s'agit du triomphe d'un constructeur ou de la défaillance collective de l'adversité...


Les Audi quattro au Monte-Carlo (dans l'ordre : 80 groupe N - 80 groupe A - A2 groupe B)

Lors de la seconde épreuve de la saison, en Suède, les mêmes adversaires constaterons, encore une fois impuissants, la toute puissante armada allemande faire main basse sur les 3 premières places avec, dans l'ordre, S. BLOMQVIST, M. MOUTON et P. EKLUND. Le même sénario se répétera au Portugal, à l'Acropole, Nouvelle-Zélande, Argentine et Côte-d'Ivoire.
Mais ces victoires qui donneront le titre pilote à Stig BLOMQVIST et le tritre constructeur à AUDI ne cacheront pas la nouvelle génération de voitures qui se profile sous la forme de la Peugeot 205. Cette génération a réussi l'impossible pari d'allier la légèreté et la maniabilité de la Lancia STRATOS à l'efficacité d'une AUDI, avec son moteur turbo et sa transmission intégrale.

Audi n'a jamais réussi à imposer sa puissance sur une surface "dure", laissant ainsi des arguments à ses détracteurs. La 205 a réussi lors de son premier rallye à faire un temps scratch dès la 2ème spéciale, avant de prendre la tête du rallye. Tous les acteurs sont devenus spectateurs, médusés par une telle réussite effrontée.
Dès le Tour de Corse 84, le monde des rallyes bascule dans une nouvelle ère, une ère inflationiste, une ère de démesure, l'ère des "monstres" qui en fera le succès mais qui en précipitera la fin.

Pour donner la réplique à l'intruse qui osait relever le défi de la puissance, Audi avait sorti en Corse son arme absolue, la Sport quattro, homologuée le 1er avril 1984, à la même date que le 205 Turbo 16. Confiée à W. RÖHRL elle manquait singulièrement de finition car elle a été engagée la veille des vérifications techniques !
Le nouveau moteur qui l'équipe est l'oeuvre du Dr Fritz INDRA et il ne développe "que" 420 chevaux.... mais son potentiel est de plus de 500 chevaux ! Avec sa taille réduite de 32 centimètres par rapport à l'A2, on dirait presque sa caricature... mais une fois fiabilisée, elle justifiera tout le bien que son potentiel laissait apercevoir.


1ère apparition de la Sport quattro au Tour de Corse 84

Mais une fois de plus, Audi a agit plus dans la précipitation que raisonnablement. Ainsi, cette saison, la Sport quattro sera peu souvent à l'arrivée des épreuves où elle était engagée. D'ailleurs Stig Blomqvist ne la prendra qu'en Côte-d'Ivoire, lui préférant l'A2 qui lui convenait bien.

On notera que Michèle MOUTON fera cette année une demi-saison après les nombreuses années passées à écumer les routes et les pistes du monde entier, tant pour le compte de FIAT que celui d'AUDI.

Il restera de cette année que le double titre d'Audi sera partiellement éclipsé par l'entrée en matière fracassance de la jeune lionne de Sochaux.

Mais à Ingolstadt, les services commerciaux tentent fort logiquement de tirer parti des victoires aquises sur le terrain à l'aide des pages de publicité telles que celle-ci.







1985

Cette nouvelle saison s'annonce moins glorieuse que la précédente ; ce sera pire encore.
La 205 balaie tout sur son passage. Sept victoires en neuf courses... et les titres constructeurs et pilotes dès la Finlande.
Pour ce qui concerne Audi, les ingénieurs ont du faire évoluer la Sport quattro qui n'était pas suffisamment compétitive face à la Peugeot. De nombreuses évolutions ont été essayées tout au long de la saison, toutes ne furent pas conservées. Les principales concernent la répartition du poids avec le transfert des radiateurs d'eau et d'huile dans le coffre, une boites à 6 rapport à embrayage automatique, refroidissement des freins par eau, etc.
La version "Evolution" (S1) de la Sport quattro apparut au rallye d'Argentine. Elle est tellement puissante (plus de 500 chevaux en fin de saison) qu'on est obligé de recourir aux appendices aérodynamiques pour la coller au bitume. Cela ne fait pas d'elle la plus élégante des voitures, mais sans conteste la plus impressionnante.
La seule victoire de la saison est à mettre au crédit de Walter RÖHRL au Rallye Sanremo.


W. Röhrl au Sanremo 85

En fin de saison, ce n'est pas une, ni deux petites nouvelles que la Sport quattro doit affronter, mais trois jeunes voitures pleines de promesses... et de chevaux. La plus prometteuse d'entre elles, la Lancia Delta S4 est une concentré de technologie et de puissance puisqu'elle allie le compresseur volumétrique pour la puissance à bas régime au turbocompresseur dans les hauts régimes. Celle-ci fera même mieux que la 205 puisqu'au RAC Rally, elle sera en tête de la 1ère spéciale jusqu'à l'arrivée du rallye.

L'ère de la novatrice touche à sa fin, celle par laquelle la révolution a soufflé sur les rallyes est dépassée par ses disciples. Le bruit d'un projet de quattro a moteur central arrière a circulé dans le petit monde du rallye alors qu'il apparaissait que la technique du moteur du moteur à porte-à-faux avant et de l'empattement court n'était pas la meilleure pour espérer encore briller. Un dessin a même été publié dans la presse spécialisée. On n'entendra jamais plus parler de ce projet, il restera à l'état d'idée, que nombre de passionnés auraient aimé voir se concrétiser.


Projet de Sport quattro 2 à moteur central...


... confirmé par la presse !

Cette année 1985 sera marqué par 2 drames que de nombreux observateurs, surtout dans les médias de masse, associeront à la puissance des machines. Attilio BETTEGA trouvera la mort au Tour de Corse et Ari VATANEN fracassera sa Peugeot 205 Turbo 16 en Argentine. Le pilote et son copilote, Terry Harryman, seront grièvement blessés et resteront éloignés des rallyes très longtemps.
Mais il faut quand même avouer que bien que la puissance des voitures augmente de manière significative, les routes restent identiques et les arbres sont toujours là....







1986

Pour les spectateurs et tous les supporters, c'est l'année de toutes les espérances. Quatre ans après son introduction, le groupe B produit enfin tous ses effets et non moins de six voitures spécifiques conçues pour le rallye sont engagées en championnat du monde. Quatre constructeurs ne souhaitant pas s'investir dans un programme complet (Audi, Austin-Rover, Citroën et Ford) le championnat se résumera en un duel entre Lancia et Peugeot.

Audi fera subir les dernières évolutions à une voiture en fin de carrière, il faut quand même rappeler que la base de la voiture a 6 ans !
Au Monte-Carlo, Mikkola et Röhrl se classeront respectivement aux 3ème et 4ème places. Ce seront leurs seuls points de l'année, Audi n'ayant pas jugé bon de faire le déplacement en Suède.
Au rallye du Portugal, la sécurité des spectateurs est mise à l'index après le carnage provoqué par la perte de contrôle d'une Ford qui fonce dans la foule provoquant le décès de 3 personnes. Les équipages professionnels s'entendent pour se retirer de la course. Il faut dire que la situation du rallye du Portugal est très particulière car les spectateurs ont pris l'habitude de jouer au rodéo avec les engins lancés sur la route. Les images de ce rallyes montrent une marée humaine qui se fend au passage des voitures. Conduire dans ces conditions relèvent de l'héroïsme, car il est impossible de se donner à fonds au pilotage quand on se demandent à quel moment on va percuter un maladroit ! Les pilotes professionnels, Walter RÖHRL à leur tête, publient une lettre manuscrite signée par tous, signifiant leur décision de boycotter la fin du rallye. Cette lettre avait pour but de marquer leur respect pour les victimes, montrer leur solidarité avec le pilote incriminé, signaler la situation particulière du rallye du Portugal avec l'impossibilité de garantir la sécurité des spectateurs et sensibiliser les pouvoirs publics et fédéraux à ces questions de sécurité.
Audi, décidera de se retirer (voir le Communiqué Audi) après le terrible accident au Tour de Corse où Henri Toivonen et Sergio Cresto trouveront la mort. La décision unilatérale de la FIA de mettre fin au groupe B dès la fin de la saison confirmera la firme allemande dans sa décision. Cette décision sera empreinte d'honneur et de droiture vis à vis des pilote et co-pilotes décédés et sera justifiée par le fait que si l'on estime ces voitures trop dangereuses, il ne faut pas attendre la fin de la saison pour les arrêter.

Cette décision toute symbolique l'est d'autant plus lorsque l'on sait que ce sont surtout les voitures récentes (Delta S4 et 205 Turbo 16) qui sont dangereuses de par leur conception avec le risque d'explosion qu'elles présentent.
Le terme prématuré de la carrière de la Sport quattro ne lui permettra pas d'atteindre le palmarès de sa glorieuse aînée, mais elle restera dans l'imaginaire collectif comme une voiture fabuleuse, un monstre nourri aux annabolisants mécaniques et qui vivra comme le symbole de cette période faste des dragsters que l'on pouvaient voir sur nos routes de campagne.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://volksburgautogefuhl.superforum.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'histoir de l'Audi Quattro en Rallyes   Mer 16 Juil - 22:34

J'ai toujours adorer les Audi Quattro, et elles ont fait une belle carrière!!!! cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
 
L'histoir de l'Audi Quattro en Rallyes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vends ou échange INSPIRIT quattro 40° 2mm rouge
» 388D1 QUATTRO ALLROUND 0X NOIR VENDU VENDU VENDU
» INSPIRIT QUATTRO / 799 SOFT / bois TIBHAR IVL + IVS
» vend quattro pod
» Vds Audi a3 ii sportback 2.0 tdi 140 dpf s line

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
volksburgautogefuhl :: Sports Moteurs :: Rallyes-
Sauter vers: